En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
Accepter

Les bières : 10 idées reçues à vérifier

Posté le 18 juillet 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

 

La bière et le vin existent depuis l’Antiquité. Ainsi, on buvait de la bière en Égypte, d’une composition assez différente de la cervoise gauloise. 

À l’époque, on la préparait avec des céréales fermentées tandis qu’aujourd’hui elle est obtenue par fermentation alcoolique d’un moût, fabriqué généralement avec du houblon et du malt d’orge pur. 


 

La bière, un produit fermenté

De leur côté, l’alcool et les boissons alcoolisées au sens propre sont des produits de distillation et non de fermentation. Si on les connaît depuis longtemps, c’était à l’origine des produits médicinaux et non des boissons. C’est seulement au début du XVIIe siècle que l’alcool fut distillé par plaisir. 

Le vin et la bière font en effet partie des boissons fermentées qui contiennent de l’alcool par leur procédé de fabrication, alors que l’alcool en lui-même est devenu une boisson depuis peu de temps, bouleversant la manière de boire dans les pays où l’on avait l’habitude de consommer du vin.
 

10 idées à vérifier

Et sur la bière, il existe de nombreuses idées reçues… J’en ai relevé 10 dans la vidéo qui accompagne ce blog, je les passe en revue une par une afin de mettre au clair ces fausses idées qui circulent.

Voici la liste :

La bière serait bonne pour :

  • les os,
  • le coeur,
  • mincir,
  • le sommeil,
  • la mémoire,
  • la peau,
  • le stress,
  • les reins,
  • le transit.

 

Je vous dis tout dans la vidéo.

Petit rappel, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. En outre, l’alcool n’est pas le meilleur choix pour s'hydrater avec ces grosses chaleurs qui nous envahissent, l'alcool n’hydrate absolument pas, il y aurait même un effet diurétique contre-productif !  .

1 demi de bière pour le plaisir sera acceptable très occasionnellement mais au quotidien hydratez-vous avez de l’eau, plate, ou gazeuse peu salée, seule boisson indispensable !

 

Bon visionnage !

Lire les commentaires (3)



Les salades mediterranéennes : santé et équilibre

Posté le 12 juillet 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

 
 
Le régime méditerranéen est désormais le modèle alimentaire le plus performant pour entraîner une diminution des maladies cardio-vasculaires et métaboliques, et s'assurer de vivre plus longtemps en bonne santé. En outre, c’est sans doute un des modèles les plus faciles à mettre en place. L’occasion d’un nouveau livre que j’ai écrit avec ma fille Laura : Les salades méditerranéennes, Ed. First.

 

Les principes de base

Les fruits et les légumes tiennent une place très importante. Une consommation modérée de protéines, non exclusivement centrée sur la viande mais avec des fromages et produits fermentés favorables au microbiote, fait partie de l’arsenal. 

Une belle part est faite aux légumineuses, pour un bon apport de fibres, vitamines et minéraux, tout en permettant justement de diminuer les apports en protéines d’origine animale. C’est donc l’alimentation santé et longévité par excellence.

Les graisses végétales justement choisies fournissent des acides gras spécifiquement poly-insaturés, certains essentiels, que notre organisme ne sait pas synthétiser; et mono-insaturés, plutôt que des acides gras saturés qui en excès augmentent le risque cardiovasculaire. Cela permet une meilleure gestion de la régulation du cholestérol et une meilleure santé circulatoire.

C’est grâce à des médecins épidémiologistes, notamment Ancel Keys, que l’on a démontré au XXe siècle les liens entre alimentation, mortalité coronarienne et, au-delà, longévité, et plus particulièrement les bienfaits du régime crétois.

C’est une alimentation relativement frugale, conséquence des conditions de vie des habitants de ces régions. Une agriculture locale, loin de l’abondance alimentaire contemporaine, avec des aliments non transformés, voici la source de l’alimentation dans ce type de régime. 

 

Ce modèle n’est d’ailleurs pas uniforme et spécifique à la Crète, mais s’adapte en fonction du pays ou de la région dans lequel il s’applique. Que ce soit en Italie, au Moyen-Orient, au Maghreb, en Espagne ou autres… on mange en fonction de ce que l’on produit, de ce que l’on a à disposition et des habitudes alimentaires ancestrales.

 

Pourquoi les salades ?

J’ai goûté de très nombreuses salades dans les pays que j’ai eu l’occasion de visiter. Très souvent, il s’agissait d’un plat unique avec une combinaison entre des végétaux, des protéines, des produits céréaliers, des herbes et des épices

J’ai été stupéfaits des saveurs et des goûts tellement décalés par rapport aux classiques salades que nous consommons souvent en Europe.

Bien-sûr, il y avait des légumes, comme dans toute salade mais, de façon plus étonnante, on y retrouvait aussi des ingrédients comme des fruits frais ou secs et des légumineuses, dans une harmonie à la fois surprenante et savoureuse

Une salade, que nous appellerions niçoise en France, peut alors se décliner en un grand nombre de variantes selon que l’on utilise certaines épices ou herbes, que l’on y associe un ingrédient ou un autre pour la modifier subtilement.

 

Une cuisine simple et harmonieuse

J’ai eu le sentiment d’apprendre une nouvelle façon d’associer des aliments, que je connaissais, mais que j’avais l’habitude de manger, la plupart du temps, séparément. 

Sans exagérer, il m’a semblé rentrer dans une forme de nouvelle cuisine, assez simple à préparer, nécessitant parfois un peu de cuisson juste pour donner une teinte particulière à un aliment. Ceci a été particulièrement vrai pour les tomates et certains fruits. 

Simplicité, harmonie des aliments, nouveaux goûts, sensation de fraîcheur sont nos maîtres mots concernant ces salades. Ajoutons en plus qu’elles constituent un véritable allié pour la santé !

Si vous vous procurez le livre et que vous suivez mon programme, certaines recettes seront à adapter, n’oubliez pas de demander conseil à votre diététicienne dédiée.

Voici pour vous une présentation pour composer facilement des salades méditerranéennes, et cet été, faites-vous plaisir en découvrant de nouvelles saveurs !

Bon visionnage !

 

Lire les commentaire (0)



Les fruits d’été : de l’eau, des fibres... et du sucre !

Posté le 4 juillet 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

L’été, on est souvent plus attiré par les fruits. Ils sont rafraîchissants, et leur goût estival sucré ne nous aide pas à résister ! Voici quelques conseils pour bien consommer les fruits et en vidéo je vous détaille spécialement 10 fruits d’été ! 

Du sucre et des fibres

Les fruits sont une source de sucres (un mélange de glucose, fructose, saccharose et galactose) d’autant plus intéressante que leurs fibres permettent une distribution progressive dans l’organisme, de loin préférable à celle des  produits sucrés (sodas, bonbons par exemple), qui provoquent des pics de glycémie. 

Constitués à environ 80% d’eau (et parfois plus), ils participent également à notre hydratation, ce qui est encore plus intéressant en cas de fortes chaleurs.
Sous forme liquide, on les absorbera de préférence en smoothies plutôt qu’en jus (dépourvus de fibres), mais il vaut mieux encore les croquer, car la mastication augmente la sensation de satiété

Et vous connaissez mon point de vue à ce sujet maintenant, je vous déconseille les jus du commerce, car la pasteurisation détruit une grande partie des vitamines et ils peuvent comporter aussi des sucres ajoutés. 

Source d’antioxydants

Pour profiter des vertus antioxydantes des fruits, il n’est pas nécessaire d’aller chercher des variétés rares ou exotiques. Il est par contre inutile de se limiter à quelques variétés sous prétexte qu’elles contiendraient une quantité importante de tel ou tel composant « bon pour la santé » : le plus souvent, il faudrait en consommer des quantités astronomiques pour en tirer profit. 

Ce qui compte, c’est d’en consommer tous les jours en les variant le plus possible (une exception : 1 pomme par jour reste un très bon réflexe santé) et en privilégiant des fruits frais et de saison.

Les fruits de l’été 

En cette saison, vous allez pouvoir profiter de fruits très juteux et sucrés. Voici une petite liste, non exhaustive des fruits à consommer cet été :

- Abricots 
- Cerises 
- Figues 
- Fraises (les premières variétés d’été débarquent) 
- Framboises 
- Groseilles 
- Melons 
- Myrtilles 
- Nectarines 
- Pastèques 
- Pêches...

Je parle de certains d’entre eux dans la vidéo, mais il y en a beaucoup d’autres...

L’option fruits secs

Je vous parlais des smoothies mais vous pouvez également penser aux fruits secs.Ils sont faciles à transporter, ils font un excellent encas surtout lors de vos activités sportives de l'été (dattes, abricots ou figues séchées, mangues déshydratées, raisins, pruneaux…).

Par ailleurs, les fruits comportent généralement plus de pectines que les légumes. Or, la pectine, lors de son passage dans le tube digestif, a la capacité d’emprisonner les substances toxiques, en particulier les métaux lourds contenus dans certains aliments (comme les gros poissons), pour les éliminer dans les selles. 

Elle semble aussi pouvoir limiter une irritation de l’intestin provoquée par certains toxiques absorbés avec l’alimentation, effet particulièrement intéressant dans le contexte actuel des maladies liées à l’environnement.

Alors cet été, faites la part belle aux fruits rouges, orangés... teneur en vitamines, en minéraux et antioxydants garantis... regardez, je vous explique tout dans cette vidéo.

Bon visionnage !

Lire les commentaire (0)



Le collagène pourquoi tout le monde en parle ?

Posté le 27 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Le collagène est sur toutes les lèvres… Eh oui, tout le monde en parle comme un nouveau produit extraordinaire. C’est surtout un nouveau produit à la mode mais que peut-il nous apporter d’un point de vue nutritionnel ? Faisons le point sur le collagène, une protéine indispensable à nos tissus.

Le collagène, qu’est-ce que c’est ?

Le collagène est une protéine présente partout dans notre corps, c’est une protéine dite structurale. On retrouve le collagène dans les os, les tendons, les ligaments et la peau… tout ce qui structure notre corps. Il représente 25 % de la quantité de protéines de notre organisme.

En ce qui concerne le collagène du commerce, il est issu de la gélatine. Cette dernière est fabriquée en soumettant les os et la peau d’animaux, le plus souvent de bovins ou de porcs d’élevage, à différents traitements. 

La gélatine ainsi obtenue trouve de nombreux usages dans l’industrie alimentaire, et en poussant un peu plus loin la transformation de la gélatine, on obtient un hydrolysat de collagène qui est employé sous forme de suppléments.

Utilisations et études du collagène

Lorsqu’on avance en âge, les rides apparaissent et certaines personnes, voulant conserver leur jeunesse extérieure, ont recours à des injections de collagène. Cela retend la peau, regonfle les sillons entre les rides… comme un lissage de l’intérieur.

Aujourd’hui, le collagène est sujet à de nombreuses études sur la perte de poids et la nutrition : 

- On teste ses effets sur la masse grasse des individus, aurait-il un effet amincissant ?
- On teste également ses capacités à améliorer la résistance physique lors de la pratique d’un exercice.
- On le compare au complément de protéines telle que la WHEY protéine.
- On le teste au petit déjeuner pour voir si cela réduit la prise alimentaire…

Pris en complément alimentaire, il ne représente aucun danger.

Ses atouts sur notre santé 

Selon différentes études publiées ces dernières années, le collagène pourrait avoir : 
- un effet sur le rassasiement (intéressant pour la perte de poids), 
- un effet sur la résistance musculaire (des muscles plus résistants à l’effort), 
- et présenterait les signes d’une meilleure ossification.

Il pourrait alors aider à prévenir l’ostéoporose et à conserver un dynamisme physique plus longtemps. Si ses effets sur la masse grasse sont toujours à l’étude, sa consommation est sans danger mais on ne sait pas encore si cela aide vraiment pour la perte de poids, inutile donc de se jeter dessus pour votre régime de l’été !

Comme à l'accoutumée, je vous laisse regarder la vidéo qui accompagne cet article où je vous explique tout en détail et de vive voix ! Bon visionnage !

Lire les commentaires (6)



10 Aliments pas cher pour faire face à la crise

Posté le 20 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Les prix des denrées alimentaires de base augmentent (+36.9% entre février et mars pour les céréales*), et le budget alimentaire est de plus en plus compliqué à boucler. Voici quelques conseils simples et 10 aliments aux apports nutritionnels intéressants et au prix qui devrait rester raisonnable. Voici comment bien manger sans se ruiner.

Anticipez vos menus et listes de courses

Préparez vos menus à l'avance. Vous aurez l'esprit tranquille.

Avant d'aller faire vos courses, prenez bien avec vous votre liste de courses. Celle-ci doit être complète pour éviter toute tentation. En vous tenant à cette liste, vous éviterez de vous arrêter devant certains produits que vous n'aviez pas prévus.

Déterminez les quantités nécessaires et sur place, vous pourrez alors comparer les produits et trouver ce qui vous convient le mieux, tant au niveau qualitatif (nutritionnel) qu'au niveau du prix.

Bien-sûr, saisissez les promotions intéressantes si la qualité reste au rendez-vous !

Préférez le fait maison et passez aux fourneaux !

Il y a beaucoup de préparations que l'on achète dans le commerce et qui sont faciles à faire à la maison. Alors fournissez-vous en aliments de base, faites un tour sur les recettes de la méthode Cohen et vous verrez qu'en plus du plaisir gustatif, vous allez retrouver, pour celles et ceux qui l'auraient perdu, le plaisir de cuisiner.

Cuisiner c'est prendre soin de soi et des gens pour qui l'on cuisine, c'est un moment de partage, un acte de bienveillance, d'autant plus quand les plats sont équilibrés et cuisinés avec amour.

En plus de cela, plus le produit acheté est basique, plus vous limiterez les additifs et plus le prix au kilo est intéressant.

Mangez aussi bien mais moins cher

Pour ce faire, il faut sélectionner des aliments qui permettent des apports nutritionnels de bonne qualité afin d'assurer tous vos besoins nutritionnels . Il faut que les apports en protéines, en glucides et en lipides, sans oublier les vitamines et les minéraux, soient respectés et donc tout simplement manger équilibré et le plus varié et de saison possible !.

Utilisez les comparateurs de prix de plus en plus présents sur le net, soyez attentifs aux promos ou offres spéciales... là, ce sont des astuces que chacun pourra partager en commentaire pour aider tout le monde !

10 aliments pas chers

Dans la vidéo qui accompagne ce blog, je vous donne une liste de 10 aliments pas chers qui couvrent vos besoins nutritionnels. En voici la liste :

- Les oeufs
- Les yaourts 
- Les légumineuses
- Les fruits au sirop
- Les escalopes de poulet et dinde
- Les pommes de terre
- Les conserves de poisson
- Certains types de pâtes
- Certaines matières grasses
- Les conserves de légumes

Je vous explique tout dans la vidéo. Faites jouer votre imagination en cuisine et faites face à la hausse des prix ! Bon visionnage :)

 

*Selon l'Organisation des nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Lire les commentaires (6)



Rencontre Méthode Cohen du 10 juin

Posté le 20 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Il y a quelques jours j'ai eu le plaisir de participer à une rencontre avec les membres de la Méthode Cohen, ainsi qu'une partie de l'équipe. Voici comment s'est déroulé ce moment inoubliable !



Le rendez-vous a été fixé dans un cadre calme et verdoyant situé en plein Paris : Le jardin du Luxembourg. Dès 9h30 l'équipe et les membres ont eu le plaisir de se retrouver pour commencer à faire connaissance ou à se retrouver pour les plus anciens qui ont déjà eu le plaisir de participer à d'autres rencontres de ce style !

A 10h nous étions au complet... Un vrai régal !

C'est sur l'espace extérieur du restaurant "La terrasse de Madame" que nous avons pu partager plus de 2h. Des tables par ci par là se sont formées pour que des petits groupes puissent partager ensemble leurs expériences face à la perte de poids.

J'en ai profité pour faire le tour de toutes les tables afin de prendre le temps d'écouter les histoires de chacun et chacune, de répondre aux différentes questions, de prendre des photos... et surtout de bien rigoler avec tous les participants.

Bref.... Encore une rencontre avec beaucoup de bons moments et qui resteront gravés dans nos mémoires !

Pour plus de photos de cette rencontre, RDV sur Facebook en cliquant ICI !

Merci à toutes et à tous pour votre présence et à bientôt !

Lire les commentaires (2)



Les antioxydants pour rester jeune et en bonne santé plus longtemps

Posté le 17 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

 

Un antioxydant est par définition une molécule qui diminue ou empêche l’oxydation (réaction avec l’oxygène) d’autres substances chimiques. 

Le fonctionnement normal de l’organisme entraîne, par oxydation, la formation de composés instables appelés radicaux libres. Et leur production est augmentée par la pollution, le tabac, l’exposition prolongée au soleil… 

Les antioxydants pour protéger nos cellules

Une déficience d’antioxydants entraîne à long terme un stress oxydatif pouvant endommager ou détruire les cellules. On trouve, au niveau de l’alimentation, des antioxydants qui agissent dans un premier temps pour protéger de l’oxydation les cellules de l’aliment. 

Les antioxydants les plus connus sont :

  • le bêta-carotène (provitamine A), 
  • l’acide ascorbique (vitamine C), 
  • le tocophérol (vitamine E), 
  • le sélénium, 
  • le zinc, 
  • les polyphénols 
  • et le lycopène (très puissant, j’en parle dans la vidéo vous verrez). 

Avec ou sans cuisson ?

Sont inclus également dans cette liste les flavonoïdes (très répandus dans les végétaux), les tanins (dans le cacao, le café, le thé, le raisin, le vin rouge), les anthocyanes (notamment dans les fruits rouges) et les acides phénoliques (dans les céréales, les fruits et les légumes). 

Lors de la cuisson, certains antioxydants tels que la vitamine C sont en partie détruits et donc inactivés (d’où l'intérêt de consommer des végétaux crus), alors que d’autres deviennent plus actifs ou plus facilement absorbables par le système digestif. C’est le cas du lycopène de la tomate pour lequel la cuisson améliore la biodisponibilité. Vive le coulis de tomate !

Où les trouver ?

Les antioxydants peuvent contribuer à diminuer l’apparition de plusieurs maladies, dont les maladies cardiovasculaires, certains types de cancers et d’autres maladies associées au vieillissement cellulaire.

 

Voici une liste (non exhaustive) des aliments riches en antioxydants : 

  • les fruits et légumes et principalement les plus colorés : carottes, épinards, fenouil, oseille, cresson, chou vert, blettes, abricots, pêches à chair jaune, melon.
  • la vitamine C, dans les végétaux crus principalement les agrumes, fruits exotiques, mais également les choix et poivrons.
  • les crucifères (choux, brocoli)
  • les fèves
  • le maïs doux
  • la patate douce 
  • l’igname 
  • toutes les herbes et les épices
  • les cornichons, les salicornes…

Et j’en passe ! Vous voyez, il est donc relativement facile de faire le plein d’antioxydants. De plus, ils  vous aideront à conserver une belle peau et un teint frais, consommez de bons antioxydants et conserver votre capital jeunesse le plus longtemps possible !

En parallèle, l’hydratation ne doit pas être négligée ! Pensez à bien boire quotidiennement au moins 1 litre d'eau. On évite les aliments riches en sucres simples et on n’oublie pas l’importance de la flore intestinale et donc les fibres et probiotiques !

 

Dans la vidéo qui suit, je vous explique en détail le fonctionnement des antioxydants face aux radicaux libres et je vous décrypte plusieurs aliments qui vous  aideront à avoir une alimentation santé ! Bon visionnage !

Lire les commentaires (3)



Maigrir vite ? Écoutez-moi bien...

Posté le 7 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

“Je voudrais perdre vite au début pour que cela me motive - Je ne comprends pas, je suis bien mon régime et pourtant mon poids ne varie pas...”. Tous les nutritionnistes ont entendu au moins une fois ce type de phrases ou de questions, qui reviennent inlassablement dans toutes les consultations de nutrition. 

Je voudrais vous expliquer ce qu'est un bon rythme de perte de poids, pour des résultats durables !

Maigrir vite, c’est se faire du mal

La cadence d’un amaigrissement dépend de votre sexe, âge, taille, de votre activité physique, santé et traitements, de votre propre histoire. Elle va également être plus rapide, si l'on met en place une grande restriction alimentaire. Plus on veut maigrir vite, plus la réduction de l’alimentation sera importante, mais ce sont des régimes toujours difficiles à supporter et l’effet yoyo est quasi systématique !

De plus, le mécanisme d’épargne se mettra en route beaucoup plus rapidement, ce qui freinera l’amaigrissement futur. Il est donc fondamental de suivre un programme alimentaire par étape, sans aller trop vite, et d'être accompagné(e). 

Adapter la forme du régime selon son évolution

Rare sont ceux qui suivent le même programme du début à la fin, il faut parfois savoir s’arrêter pour mieux reprendre, modifier l’alimentation en fonction des situations,  adapter en fonction de votre âge, de votre activité et de nombreux autres paramètres. 

C’est seulement ainsi qu’on ne fera pas de promesses inutiles, car si on laisse le fantasme s’installer “qu’il est possible de maigrir vite ET de stabiliser”, il risque de se terminer en déception qui trouvera en plus sa compensation dans la nourriture…

Maigrir vite au début, c’est stimulant, oui ! Mais plus la perte de poids sera rapide au démarrage, et plus elle sera difficile dans les semaines qui suivent. Notre corps s’adapte et il s’agirait de se priver toujours plus, ce qui est honnêtement intenable. Vous verrez, je l’explique très bien dans la vidéo en bas d’article.

Avoir le déclic

Je vous l’ai déjà dit, il faut préférer une méthode souple, sur le long terme. Regardez, je viens de recevoir ce commentaire sur YouTube suite à une vidéo sur ce sujet :

Brume Mystique :
“J'ai testé votre régime des oeufs la semaine dernière, j'ai tenu 3 jours ensuite j'ai pris les œufs entiers pour en faire des omelettes. Ça a été le régime le plus restrictif que j'ai jamais fait mais il m'a été utile! (...) Ça m'a permis d'avoir le déclic pour arrêter d'ajouter du sucre et du sel partout alors que je n'y arrivais pas avant !
Je me suis rendue compte qu'il était finalement moins douloureux d'être vigilant au quotidien que de devoir s'affamer en mangeant des choses fades et sans saveurs. J'ai perdu 4kg en 3 jours, j'en ai repris 1 le we et maintenant je perds environ 100 gr tous les deux jours. Ça descend doucement mais j'espère être sur la bonne voie cette fois !

Dans le régime des oeufs, on peut descendre à un niveau calorique très bas, cela ne devrait être qu’une séquence, c'est-à-dire une phase très ponctuelle pour réenclencher des résultats en cas de paliers, c’est très dur !  Il vaut mieux suivre un programme confortable sur la durée et garder ce type de programme comme joker !

Favorisez la méthode douce

Je vous le redis, préférez une méthode douce, évolutive selon comment se passe votre perte de poids. La méthode Cohen c’est ça, trouver la formule adaptée aux différentes situations que l’on retrouve dans l’aventure d’un régime.

Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !

 
Bon visionnage !

Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !

 
Bon visionnage !
Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !
 
Bon visionnage !

Bon visionnage !

Lire les commentaires (2)



Tout est bon dans le poisson ?

Posté le 30 mai 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de consommer du poisson au moins deux fois par semaine, dont au moins une fois du poisson gras, et de veiller à varier les espèces. Voyons cela de plus près.

Particulièrement caractéristique, la chair de poisson contient entre 70 et 80 % d’eau, alors que la viande n’en affiche qu’entre 55 et 75 %, on observe cela particulièrement lors de la cuisson . Elle est ensuite essentiellement constituée de protéines, de matières grasses (en proportions variables selon le poisson et de minéraux. 

Les valeurs caloriques du poisson varient selon l’espèce et le type de poisson, allant de 69 kcal/100 g pour la sole à 230 kcal/100 g pour l’anguille.

3 groupes de poisson

C’est la teneur en lipides qui permet de répartir les poissons en trois groupes ;
- les poissons maigres qui contiennent moins de 5 % de lipides, 
- les poissons gras qui en contiennent plus de 10 %,
- les poissons semi-gras qui se situent entre 5 et 10 %. 

Les lipides du poisson, même lorsqu’il y en a peu, sont diffus dans tout le tissu (on ne peut pas dégraisser un poisson comme on le fait pour une viande). Dans les poissons maigres, les graisses sont principalement stockées dans le foie. La graisse de poisson est également plus riche en phospholipides que les autres chairs animales, alors que sa teneur en cholestérol est inférieure à celle des viandes. 

Il n’y a pas de sucre dans la chair de poisson et sa teneur en matières minérales est bien supérieure à celle de la viande. La quantité de sodium varie selon le poisson, tandis que sa teneur en calcium est peu élevée, tout en étant supérieure à celle de la viande, sa teneur en potassium est forte et le phosphore est particulièrement présent. 

Sa teneur en fer est, elle, légèrement inférieure à celle de la viande, mais le poisson est spécialement riche en iode. Dans le poisson, la vitamine D se concentre dans la chair des poissons gras et pour les poissons maigres, essentiellement au niveau du foie. Tout le monde connaît d’ailleurs les vertus de l’huile de foie de morue. 

Une source de Vitamines

Alors qu’il n’y a pas de vitamine D dans la viande, la chair des poissons gras est particulièrement riche. Les poissons sont également de bonnes sources en vitamine B, mais pas en vitamines C et E. 

Quant à la teneur en kilocalories de chaque poisson, elle est bien entendu dépendante de son contenu en lipides. Les crustacés ont une composition voisine de celle des poissons maigres.. 

Un petit mot sur les crustacés

Notons que, dans les crustacés, la partie comestible après retrait de la carapace est relativement réduite (30 % pour la langouste et 45 % pour les crevettes), et que leur chair est relativement riche en calcium et en magnésium. 

Les mollusques ont une composition assez proche de celle des crustacés. 

Soulignons aussi que les coquillages ont une teneur en vitamine C intéressante si on les consomme bien frais et crus.

Vous l’avez compris, la richesse des repas à base de poisson et fruits de mer sera principalement due au mode de cuisson, aux sauces et aux accompagnements !

Vous en saurez un peu plus en regardant la vidéo !

Lire les commentaires (2)



Ces traitements qui freinent vos résultats

Posté le 23 mai 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Si certains médicaments permettent de traiter l'obésité ou d'autres à réduire l'appétit, il est tout aussi vrai que certains peuvent entraver la perte de poids. Petit tour d'horizons de ces traitements et comment s'en prévenir.

La cortisone

Le  plus  connu  est  la  cortisone.  Produit majeur dans les traitements anti-douleur. La prise prolongée, imposant parfois de fortes doses, est responsable d'une prise de poids ; conséquence d'une rétention d'eau, de sel, de troubles hormonaux et métaboliques.

En revanche, il est faux de croire qu'un traitement à la cortisone court et bien dosé puisse être responsable d'une prise de poids. De même que le fait d'avoir avalé des doses importantes de médicaments dans son jeune âge, ne conduit pas nécessairement au surpoids à l'âge adulte.

Les antidépresseurs

Les antidépresseurs sont la deuxième catégorie des prescriptions accusées de faire grossir. Ils augmentent l'appétit, et lèvent l'inhibition du malade à l'égard des aliments. En fait, la prise de poids n'en est qu'une conséquence. 

Et on n'observe pas le même phénomène en présence des calmants comme le Valium et ses dérivés. Un autre médicament moins connu, le lithium, entraîne, lui, de très importantes prises de poids pouvant même dépasser les dix kilos. 

Certains grands dépressifs, à la suite d'un traitement prolongé au lithium, ont pris jusqu'à 15 kilos.

Les hormones

Les hormones utilisées pour traiter la stérilité ont elles aussi une part de responsabilité. Le mécanisme cette fois est double. Les femmes qui suivent ces traitements étant extrêmement anxieuses de le voir réussir, ce stress qu'entraîne la situation augmente l'appétit. Et les molécules font grossir.

Or les hormones sont de plus en plus prescrites, tels la pilule, les traitements de substitution au moment de la ménopause, le traitement de certains problèmes gynécologiques au cours de la vie de femme. 

La prise de poids est encore une fois également liée à une rétention d'eau.

Le Parlodel 

D'autres médicaments favorisent une prise de poids. Comme le Parlodel (ou bromocriptine), de plus en plus utilisé pour soigner une tumeur bénigne de l'hypophyse, glande située à l'intérieur du cerveau dans laquelle se trouve le centre de la satiété, dont les symptômes sont un trouble du cycle menstruel, stérilité ou galactorrhée (écoulement de lait). 

Si le Parlodel a révolutionné le traitement de cette maladie, il entraîne aussi fréquemment une augmentation du poids, réaction qui reste inexpliquée à ce jour. Évidemment, les femmes qui le prennent doivent continuer à le faire mais il faut les prévenir en début de traitement qu'elles auront à contrôler leur poids.

Les antiallergiques

Autre classe, plus originale, susceptible de faire grossir, certains médicaments antiallergiques. Les laboratoires qui les fabriquent contestent ce fait, pourtant, dans le passé, le Périactine, l'un des premiers antiallergiques, était utilisé pour augmenter l'appétit des enfants. 

D'autres produits de la même catégorie, agissant sur le même mode, ont des effets variables mais qui vont tous dans le sens d'une augmentation de l'appétit. Encore une fois, ce n'est pas parce qu'un produit est susceptible de faire prendre du poids qu'il faut conseiller au patient de cesser de le prendre, il suffit de prévenir les utilisateurs de surveiller leur alimentation.

A côté  des  médicaments,  il  existe  aussi  des  situations de la vie qui font prendre du poids. Notamment des périodes de l'existence bien spécifiques comme la ménopause, l'arrêt du tabac ou du sport, les changements de mode de vie... mais ça, c'est une toute autre histoire.

Dans la vidéo ci-dessous, je vous explique en détails 6 médicaments qui peuvent vous faire prendre du poids et comment cela se passe. Bon visionnage !

Lire les commentaires (6)



11 - 20 de 1578

Commencez maintenant votre analyse minceur GRATUITE


Êtes-vous une femme ou un homme ?

(Les solutions minceur sont adaptées)




Je commence mon bilan

Un dernier mot sur la méthode

La méthode Cohen est un accompagnement minceur permettant une perte de poids sans se faire violence, avec les aliments que vous aimez. Pour perdre ses kilos et réussir son régime, pas besoin de s’affamer. Pour Jean-Michel Cohen, le plaisir est la clé du succès minceur et vous le verrez dans vos plans de repas. Le programme minceur mis en place par le Dr Jean-Michel Cohen, va vous apprendre la nutrition et vous aidera à devenir autonome pour conserver votre poids idéal.

Dr Jean-Michel Cohen
GRATUIT : faites votre analyse minceur et découvrez mes premiers conseils personnalisés
×