En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
Accepter

Réussir à maigrir


Maigrir vite ? Écoutez-moi bien...

Posté le 7 juin 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

“Je voudrais perdre vite au début pour que cela me motive - Je ne comprends pas, je suis bien mon régime et pourtant mon poids ne varie pas...”. Tous les nutritionnistes ont entendu au moins une fois ce type de phrases ou de questions, qui reviennent inlassablement dans toutes les consultations de nutrition. 

Je voudrais vous expliquer ce qu'est un bon rythme de perte de poids, pour des résultats durables !

Maigrir vite, c’est se faire du mal

La cadence d’un amaigrissement dépend de votre sexe, âge, taille, de votre activité physique, santé et traitements, de votre propre histoire. Elle va également être plus rapide, si l'on met en place une grande restriction alimentaire. Plus on veut maigrir vite, plus la réduction de l’alimentation sera importante, mais ce sont des régimes toujours difficiles à supporter et l’effet yoyo est quasi systématique !

De plus, le mécanisme d’épargne se mettra en route beaucoup plus rapidement, ce qui freinera l’amaigrissement futur. Il est donc fondamental de suivre un programme alimentaire par étape, sans aller trop vite, et d'être accompagné(e). 

Adapter la forme du régime selon son évolution

Rare sont ceux qui suivent le même programme du début à la fin, il faut parfois savoir s’arrêter pour mieux reprendre, modifier l’alimentation en fonction des situations,  adapter en fonction de votre âge, de votre activité et de nombreux autres paramètres. 

C’est seulement ainsi qu’on ne fera pas de promesses inutiles, car si on laisse le fantasme s’installer “qu’il est possible de maigrir vite ET de stabiliser”, il risque de se terminer en déception qui trouvera en plus sa compensation dans la nourriture…

Maigrir vite au début, c’est stimulant, oui ! Mais plus la perte de poids sera rapide au démarrage, et plus elle sera difficile dans les semaines qui suivent. Notre corps s’adapte et il s’agirait de se priver toujours plus, ce qui est honnêtement intenable. Vous verrez, je l’explique très bien dans la vidéo en bas d’article.

Avoir le déclic

Je vous l’ai déjà dit, il faut préférer une méthode souple, sur le long terme. Regardez, je viens de recevoir ce commentaire sur YouTube suite à une vidéo sur ce sujet :

Brume Mystique :
“J'ai testé votre régime des oeufs la semaine dernière, j'ai tenu 3 jours ensuite j'ai pris les œufs entiers pour en faire des omelettes. Ça a été le régime le plus restrictif que j'ai jamais fait mais il m'a été utile! (...) Ça m'a permis d'avoir le déclic pour arrêter d'ajouter du sucre et du sel partout alors que je n'y arrivais pas avant !
Je me suis rendue compte qu'il était finalement moins douloureux d'être vigilant au quotidien que de devoir s'affamer en mangeant des choses fades et sans saveurs. J'ai perdu 4kg en 3 jours, j'en ai repris 1 le we et maintenant je perds environ 100 gr tous les deux jours. Ça descend doucement mais j'espère être sur la bonne voie cette fois !

Dans le régime des oeufs, on peut descendre à un niveau calorique très bas, cela ne devrait être qu’une séquence, c'est-à-dire une phase très ponctuelle pour réenclencher des résultats en cas de paliers, c’est très dur !  Il vaut mieux suivre un programme confortable sur la durée et garder ce type de programme comme joker !

Favorisez la méthode douce

Je vous le redis, préférez une méthode douce, évolutive selon comment se passe votre perte de poids. La méthode Cohen c’est ça, trouver la formule adaptée aux différentes situations que l’on retrouve dans l’aventure d’un régime.

Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !

 
Bon visionnage !

Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !

 
Bon visionnage !
Regardez bien la vidéo et partagez-là à vos ami(e)s qui veulent maigrir vite pour bien leur expliquer !
 
Bon visionnage !

Bon visionnage !

Lire les commentaires (2)



Ces traitements qui freinent vos résultats

Posté le 23 mai 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

Si certains médicaments permettent de traiter l'obésité ou d'autres à réduire l'appétit, il est tout aussi vrai que certains peuvent entraver la perte de poids. Petit tour d'horizons de ces traitements et comment s'en prévenir.

La cortisone

Le  plus  connu  est  la  cortisone.  Produit majeur dans les traitements anti-douleur. La prise prolongée, imposant parfois de fortes doses, est responsable d'une prise de poids ; conséquence d'une rétention d'eau, de sel, de troubles hormonaux et métaboliques.

En revanche, il est faux de croire qu'un traitement à la cortisone court et bien dosé puisse être responsable d'une prise de poids. De même que le fait d'avoir avalé des doses importantes de médicaments dans son jeune âge, ne conduit pas nécessairement au surpoids à l'âge adulte.

Les antidépresseurs

Les antidépresseurs sont la deuxième catégorie des prescriptions accusées de faire grossir. Ils augmentent l'appétit, et lèvent l'inhibition du malade à l'égard des aliments. En fait, la prise de poids n'en est qu'une conséquence. 

Et on n'observe pas le même phénomène en présence des calmants comme le Valium et ses dérivés. Un autre médicament moins connu, le lithium, entraîne, lui, de très importantes prises de poids pouvant même dépasser les dix kilos. 

Certains grands dépressifs, à la suite d'un traitement prolongé au lithium, ont pris jusqu'à 15 kilos.

Les hormones

Les hormones utilisées pour traiter la stérilité ont elles aussi une part de responsabilité. Le mécanisme cette fois est double. Les femmes qui suivent ces traitements étant extrêmement anxieuses de le voir réussir, ce stress qu'entraîne la situation augmente l'appétit. Et les molécules font grossir.

Or les hormones sont de plus en plus prescrites, tels la pilule, les traitements de substitution au moment de la ménopause, le traitement de certains problèmes gynécologiques au cours de la vie de femme. 

La prise de poids est encore une fois également liée à une rétention d'eau.

Le Parlodel 

D'autres médicaments favorisent une prise de poids. Comme le Parlodel (ou bromocriptine), de plus en plus utilisé pour soigner une tumeur bénigne de l'hypophyse, glande située à l'intérieur du cerveau dans laquelle se trouve le centre de la satiété, dont les symptômes sont un trouble du cycle menstruel, stérilité ou galactorrhée (écoulement de lait). 

Si le Parlodel a révolutionné le traitement de cette maladie, il entraîne aussi fréquemment une augmentation du poids, réaction qui reste inexpliquée à ce jour. Évidemment, les femmes qui le prennent doivent continuer à le faire mais il faut les prévenir en début de traitement qu'elles auront à contrôler leur poids.

Les antiallergiques

Autre classe, plus originale, susceptible de faire grossir, certains médicaments antiallergiques. Les laboratoires qui les fabriquent contestent ce fait, pourtant, dans le passé, le Périactine, l'un des premiers antiallergiques, était utilisé pour augmenter l'appétit des enfants. 

D'autres produits de la même catégorie, agissant sur le même mode, ont des effets variables mais qui vont tous dans le sens d'une augmentation de l'appétit. Encore une fois, ce n'est pas parce qu'un produit est susceptible de faire prendre du poids qu'il faut conseiller au patient de cesser de le prendre, il suffit de prévenir les utilisateurs de surveiller leur alimentation.

A côté  des  médicaments,  il  existe  aussi  des  situations de la vie qui font prendre du poids. Notamment des périodes de l'existence bien spécifiques comme la ménopause, l'arrêt du tabac ou du sport, les changements de mode de vie... mais ça, c'est une toute autre histoire.

Dans la vidéo ci-dessous, je vous explique en détails 6 médicaments qui peuvent vous faire prendre du poids et comment cela se passe. Bon visionnage !

Lire les commentaires (6)



La monodiète : un système minceur ou détox ?

Posté le 21 fevrier 2022 par Dr Jean-Michel Cohen

La monodiète revient régulièrement sur le devant de l’actualité des régimes mais à quoi sert-elle vraiment ? Est-ce une technique pour perdre du poids ou un système de détoxication du corps ? Elle se confond aussi souvent avec le jeûne intermittent, faisons le point.

La monodiète et le jeûne peuvent porter à confusion. De nombreuses personnes confondent l'un et l'autre... Il est donc important de rappeler la différence entre les deux.

La monodiète

La monodiète consiste à manger le même aliment sur 2 à 3 jours, en plus d’une hydratation. Il s’agit d’une base d’un fruit OU d’un légume le plus souvent la pomme, l’ananas, la carotte, le raisin... parfois même un féculent comme le riz. 

Le but vanté est une mise au repos du système digestif et donc un effet détox. Doit-on en attendre un effet réel sur le poids ? Pas nécessairement selon l’aliment choisi et les quantités consommées. Cette formule ne doit jamais être effectuée sur une trop longue durée de par son caractère très déséquilibré. Bien sûr ce modèle est totalement déconseillé aux personnes diabétiques.

Vous verrez dans la vidéo en bas de blog que cette technique, qui n’a pas vraiment de sources nutritionnelles (on se demande encore qui l’a mise en avant) et que les discours à ce sujet sur les réseaux sociaux manquent de connaissances en nutrition solides.

Rappelons également que cette formule n’a aucune base éducative et que reprendre son alimentation d'avant conduit ensuite naturellement à une reprise de poids. D’autant que ces cures carencées en protéines favorisent l’effet yoyo.

Et le jeûne, c’est pareil ?

Le jeûne est lié à une privation de nourriture, hors boissons non sucrées. Si nous déconseillons cette formule sur une longue durée, le jeûne intermittent d’une durée de 16 à 20 h (nuit comprise) tel que proposé de façon ponctuelle dans le cadre de notre programme présente de nombreux intérêts. 

Contrairement à la monodiète, Cette pratique semble en effet aider à mobiliser les graisses corporelles et fonctionne donc directement comme un accélérateur de perte de poids. Les repas du reste de la journée restent équilibrés et de ce fait on évite les carences et déséquilibres.

Le caractère ponctuel de ce type de pratique reste de mise et cela impose d’être dans un bon état de santé ! Cette formule est déconseillée pour les personnes diabétiques ou qui prennent d’autres médicaments nécessitant l’absorption d’aliments, les enfants et adolescents, les femmes enceintes et allaitantes. 

La monodiète : régime ou détox ?

La monodiète est quelque chose que je déconseille et si vous souhaitez “nettoyer votre corps de l’intérieur”, vous verrez qu’une simple restriction alimentaire (mais avec une alimentation variée) peut suffire. Je vous explique tout ça dans la vidéo. Bon visionnage !

Lire les commentaire (0)



1 - 10 de 44

Commencez maintenant votre analyse minceur GRATUITE


Êtes-vous une femme ou un homme ?

(Les solutions minceur sont adaptées)




Je commence mon bilan

Un dernier mot sur la méthode

La méthode Cohen est un accompagnement minceur permettant une perte de poids sans se faire violence, avec les aliments que vous aimez. Pour perdre ses kilos et réussir son régime, pas besoin de s’affamer. Pour Jean-Michel Cohen, le plaisir est la clé du succès minceur et vous le verrez dans vos plans de repas. Le programme minceur mis en place par le Dr Jean-Michel Cohen, va vous apprendre la nutrition et vous aidera à devenir autonome pour conserver votre poids idéal.

Dr Jean-Michel Cohen
Votre IMC est-il trop élevé ? Comparez vos résultats à ceux de votre région
×